Voilà quelques temps que je n'avais pas pris le temps d'écrire deux ou trois lignes. Le temps passe vite, trop vite, je dois être tout de même légèrement procrastinateur. M'enfin, je m'en accommode, d'ailleurs je vis avec depuis un moment.

Que retenir de ces derniers temps. Tout d'abord une excellente fin d'année, qui a confirmé la place prépondérante de 1907.fr dans le paysage des site de vente de vin. Le développement des ventes et la satisfaction des clients permet de dire clairement qu'aujourd'hui nous faisons partie des sites de niches connus et reconnus : c'est encourageant et c'est bon pour l'égo (de temps en temps).

Ensuite, je me rappelle de ce Salon organisé par Terre de Vins à Narbonne. Au premier abord j'avais été un peu déçu par la formule. Incontestablement, le vigneron qui m'a le plus marqué est celui qui m'a dit :"c'est notre seule cuvée, je viens de commencer à la commercialiser, les années passées on vendait tout au négociant". Le vin avait en effet tout le profil nécessaire pour être refusé par un négociant. Sur ce salon, il manquait une touche qualitative, tant dans le choix des vignerons que dans la mise en scène de l'évènement. On parle de Vin Messieurs et non pas de boite en plastique, un effort est à faire pour la deuxième édition à Nimes. La déception ressentie au cours de ce salon m'a fait prendre conscience d'une chose. La multiplication des salons (RVF, Bettanne & Dessauve, Terre de Vins…) est un élément fédérateur pour les lecteurs des magazines et des guides respectifs, puisque les lecteurs ont l'impression de faire partie d'un club. Il faut aussi souligner la rentabilité de ces salons (généralement les vignerons et les visiteurs payent l'accès), ce qui doit permettre de compenser la faible rentabilité des tirages papiers et des versions en ligne. Je ne m'oppose pas au développement de ces salons, mais attention à ce que cela ne devienne pas un simple business.

Fin janvier, c'est la météo qui m'a donné envie d'écrire sur ce blog. Le froid polaire qui a soufflé sur la France nous a fait du bien. Dire que je taillais aux alentours du 20 décembre en tee-shirt! "Noel au Balcon, Pâques au Tison" disait alors mon collègue de taille. Et effectivement, nous n'avons pas eu à attendre Pâques. Quand certains s'alarmaient des températures trop douces de cet hiver, en affirmant que les bourgeons allaient éclore, Dame Nature nous préparait un hiver rigoureux mais bien nécessaire pour mettre tout le végétal en sommeil. Certains cactées de ma grand-mère ne s'en remettrons pas! Mais quel plaisir en cette fin de février de voir le redoux et les premières fleurs de 2012, les mimosas et les amandiers toujours en tête!

Finalement, c'est le salon de Vinisud qui m'aura poussé à reprendre la plume. Un salon… classique! Je trouve qu'il est toujours difficile de caractériser un salon. Bons contacts, du monde, des asiatiques, du bio, des difficultés d'accès : tout cela est très subjectif, et j'aime à lire les réactions des vignerons sur le web. Comme d'habitude le salon aura permis de trouver de nouveaux vignerons que l'on découvrira prochainement sur les pages de 1907.fr…